Esprit Criminels : un modèle d’équipe performante chez les profilers !

Publié le par Geoffroy Chamouton

Souvenez-vous : dans notre édito de la rentrée deseptembre,  nous  écrivions : « Le Club EthiK fête sapremière saison. A la fin de la saison 1, le monde est sauvé. Maintenant nous sommesde retour pour une saison 2 pleine de rebondissements et de péripéties en tousgenres ! »

Eh oui, chez EthiKonsulting,quelques uns sont de grands fans de séries télé, et il n’est pas rare que l’onéchange, au bureau, autour des nouvelles séries du moment. Car le consultantEthiK, même devant sa télévision, ne peut se départir de son sens del’observation des pratiques (bonnes ou mauvaises) du management d’équipe.

Et, ces réflexions,  nous avons souhaité les partager avecvous !

Nous avions déjà publié un article sur les pratiques managériales des bikers de la série Sons of Anarchy. Cette fois-ci, il seraquestion d’une autre série :

Esprits Criminels (Criminal minds) ou l’allégorie de l’équipeperformante.
Avez-vous entendu parler d’Esprits Criminels ? Diffusésur TF1, cette série fait un carton, avec des audiences record,  même tard le soir.
Au fil de la série,  on suit l’histoire d’une équipe de profileursdu FBI, et plus précisément du BAU (Behavior Analysis Unit, ou Département dessciences du comportement), dans leurs enquêtes.

Mais faisons un bref retour à la réalité, pour nous intéresser  au bestseller  de Jon R. Katzenbach, gourou dumanagement : The Wisdom of Teams  (àne pas confondre avec John Katzenbach, auteur à succès de romans de sciencefiction !)
Dans cet ouvrage fondamental sur le management d’équipe, il y définit uneéquipe performante comme : « un groupe réduit d’individus, dotés decompétences et possédant des rôles complémentaires , dédiés à une visionpartagée et à des objectifs communs, partageant une approche de travailcommune,  et liés par un sentiment deresponsabilité mutuelle. »

Et c’est là que l’on va constater que l’équipe d’Espritscriminels est une équipe performante.

Voyons donc, en détail, chacun des points proposés dans ladéfinition de John Katzenbach :

Un groupe réduit d’individus : L’équipe deprofiler est composée de cinq agents (Aaron Hotchner, David Rossi, DerekMorgan, Spencer Reid, Emily Prentiss) accompagnés de deux autres personnes (AgentJennifer Jareau -agent de liaison avec les médias- et Penelope Garcia –agent surdouéen informatique).

Dotés de compétences et possédant des rôles complémentaires :Au sein de l’équipe, tous ne sont pas profileurs (voir ci-dessus), et au seinmême des profileurs, tous n’ont pas les mêmes compétences ni les mêmesconnaissances. L’Agent Rossi est un expert en interrogatoire, l’agent Reed estun « génie en à peu près tout » (dixit agent Hotchner) : il esttitulaire d’un doctorat en chimie, en mathématique, en  ingénierie, est diplômé en psychologie et en sociologie,  et suit des cours de philosophie. Etc…

Dédiés à une vision partagée et à des objectifs communs :Ils partagent en effet la même idée de justice et d’ordre. Sa traductionimmédiate est leur objectif commun de retrouver et d’arrêter les criminels pourqu’ils soient jugés selon les lois de la société. On notera bien la différenceentre la vision et l’objectif qui concourt à la réalisation de cette vision.

Partageant une approche de travail commune : Ces agentssont tous des experts dans le domaine du profilage criminel. Leur mission estde venir suppléer les forces de l’ordre, locales ou nationales, lorsque cesdernières en font la demande. Ils partagent tous le principe selon lequell’étude du comportement du criminel permet d’arrêter ce dernier. Leur approchede travail se fonde sur l’humain et ses interactions,  et non pas sur des éléments matériels  (cf. les séries comme Les Experts Las Vegas,Miami, Manhattan..).

Liées par un sentiment de responsabilité mutuelle : Unpeu de philo, citée dans la série : « Que celui qui combat lesmonstres prenne garde dans sa guerre, a ne pas devenir un monstre lui-même. Aforce de plonger trop longtemps votre regard dans l’abîme, c’est l’abîme quientre en vous. Nietzche. » Il est facile de perdre le sens de la réalitédans ce genre d’activité. Tous les membres de l’équipe sont donc éminemmentsolidaires pour garantir et prévenir toute dérive.

De plus, dans cette équipe, la victoire (arrêter lepsychopathe de l’épisode) ou la défaite (laisser un forcené dans la nature) esttoujours collective. Personne ne tire la couverture sur soi. Aucun membre nerécolte seul les honneurs ou les blâmes. On gagne ou on perd ensemble, et toussont mutuellement responsables du résultat.

5/5 : Si ça ce n’est pas une équipe performante !!

Certes, c’est uneéquipe fictive, mais elle est l’une des meilleures illustrations de ce qu’estun travail d’équipe constructif est performant. Ca donne envie ! Et c’estpeut-être une des raisons du succès de la série ! 

Publié dans Management

Commenter cet article