Facebook, Twitter et les autres … Intégrer les réseaux sociaux dans une stratégie d’entreprise, de Christine Balagué et David Fayon.

Publié le par Geoffroy Chamouton

La  semaine prochaine sortira sur nos écrans un film qui fait polémique autour de la vie de Mark Zuckerberg et de la naissance de Facebook : The Social Network de David Fincher. A cette occasion, nous vous proposons donc un carnet de lecture autour des réseaux sociaux.
En effet, s’il est aujourd’hui un phénomène auquel on ne peut échapper, c’est bien les réseaux sociaux ! Les réseaux sociaux ceci, les réseaux sociaux cela … chaque jour apporte son lot de nouveauté, de buzz, de rumeur… autour et à propos des réseaux sociaux.
En fervent défenseur de la pensée latine, revenons aux sources : qu’est-ce qu’un réseau social ?  Pour l’histoire : le concept serait dû à l’anthropologue anglais John A. Barnes, à l’occasion d’une étude portant sur le fonctionnement des classes sociales sur une île de l’ouest norvégien en 1954 ! Quant aux auteurs, ils proposent la définition du sociologue français Emmanuel Lazega : « ensemble de relations spécifiques (ex: collaboration, soutien, conseil, contrôle ou encore influence) entre un ensemble fini d’acteurs. Il comprend aussi, par exemple, une culture ou un système de normes. ». Ils proposent ensuite des caractéristiques communes pour identifier un réseau social.
La question traitée est simple : les entreprises doivent-elles investir les réseaux sociaux et dans quelle mesure ?  Mais les auteurs n’y répondent pas par un : « toutes les entreprises sur les réseaux sociaux, tout de suite» et ne font pas l’apologie des réseaux sociaux.  Lucidement, ils proposent un questionnement en amont pour affiner et définir si intégrer les réseaux sociaux dans la stratégie d’entreprise sera bénéfique.
Retenez que si vous vous lancez dans les réseaux sociaux il vous faut définir le pourquoi, la cible et l’objectif. Il faut également définir en amont comment mesurer le retour sur investissement et  l’efficacité de votre présence sur les réseaux sociaux, sans oublier les risques que cela comporte. Honnêtement il est plus facile de s’appeler Levi’s et d’ouvrir une page sur Facebook que Lafarge.
Les témoignages sont pertinents  et apporte au livre un côté pratique non négligeable. Toutefois, aucun exemple négatif ou échec n’y est présenté, alors qu’on y retrouve plusieurs exemples similaires et les mêmes succès story : Dan Serfaty avec Viadéo, Loïc Le Meur avec Seesmics…
Certains  chapitres (4&5) vous paraitront peut-être ennuyeux  et assez longs dans la description des outils sur le marché, sans aucune copie d’écran pour illustrer un peu les exemples décrits.
Bref, si l’engouement pour les réseaux sociaux est à la hauteur de leur audience,  on nous suggère cependant de prendre un peu de recul.
En rappel,  quelques chiffres repris sur la quatrième de couverture : « il a fallu 38 ans à la radio pour toucher 50 millions d’utilisateurs, 13 ans à la télévisions, 4 ans à Internet … tandis que Facebook a conquis 100 millions de membres en moins de 9 mois ! »
Bon,  la radio a 111 ans, la télévision 84,  internet bientôt 30… et Facebook seulement 6 ans !
Seul le temps validera la viabilité des réseaux sociaux…et balaiera l’incertitude sur le modèle économique de ces derniers.
Socialement votre.

Publié dans Carnets de lectures

Commenter cet article