Les statistiques facilitent-elles le changement ?

Publié le par Club EthiK

Bonjour à tous !


Cette semaine encore, nous allons illustrer la méthode du changement développée dans Switch en s’inspirant d’un article des frères Heath paru en dans Fast Company.

 

Fast-Company-Logo 350x92-tm
Imaginons que l’Union Européenne annonce un plan de sauvetage complémentaire d’un montant de 500 milliards d’euros. Que penser face à l’énormité de cette somme ?


Est-ce « énaurme » , ou insuffisant ?


De façon concrète, un plan de relance de 500 milliards d’euros n’est pas vraiment parlant : nous ne pouvons pas vraiment saisir de quoi il retourne. Les gros chiffres nous passent au-dessus de la tête. Quand on parle de "millions" ou de "milliards", c’est comme vos cours de latin au collège : vous avez retenu le vocabulaire, mais il reste difficile de penser dans cette langue. Pour parvenir à faire comprendre la signification des chiffres, et pour qu’ils aient un vrai sens, il s’agit de trouver comment les rendre plus proches de notre quotidien.

 

500-Milliards-copie-1.jpg


Certains commentateurs ont essayé diverses manières de mettre ce chiffre en perspective : en disposant tous ces billets bout à bout, combien de fois ferait-on le tour de la planète ?  C’est irréel, donc peu concret.
Alors, comment rapprocher ce chiffre énorme des réalités de la vie quotidienne ? Par exemple, sachant que l’on compte environ 27 millions de ménages en France et que leur revenu annuel moyen est proche de 29 000 euros, il faudrait l’équivalent de huit mois de salaire des ménages français pour soutenir un plan de relance de 500 milliards d’euros. À titre de comparaison, nous travaillons déjà trois à quatre mois par an rien que pour payer l’ensemble de nos impôts...on imagine donc bien le niveau d’effort.


Relier les chiffres à un contexte quotidien est une chose essentielle.
Ainsi, il y a quelques années, l’entreprise américaine Cisco Systems a envisagé d’installer un réseau sans fil pour ses salariés (révolutionnaire à l’époque !). Les dirigeants ont calculé que la maintenance du réseau coûterait à peu près 500 dollars par an et par salarié. Le jeu en valait-il la chandelle ? Difficile à dire, car intuitivement, une dépense annuelle de 500 dollars n’est pas une donnée facile à interpréter. Chez Cisco, un manager sut donner une signification concrète à ce chiffre en calculant que, compte tenu du salaire moyen dans l’entreprise, il suffirait que ce réseau wifi permette à chaque salarié de gagner une à deux minutes par jour pour que ce soit un bon investissement.

 

cisco.gif

 
Dès lors, notre imagination se trouve stimulée et la prise de décision d’investir grandement facilitée. S’il avait fallu que le réseau fasse gagner chaque jour aux salariés 50 minutes pour être rentable, le projet aurait sans doute été difficile à défendre.

 

Donner du sens  aux chiffres et impressionner les gens avec des chiffres sont deux choses différentes.
Certes, il est possible de stimuler l’imagination des gens tout en marquant les esprits. Dans son film documentaire Super Size Me, le réalisateur Morgan Spurlock mentionne une campagne publicitaire destinée à inciter les enfants à manger cinq fruits et légumes par jour. Le budget de cette campagne était de 2 millions de dollars.Le budget publicitaire annuel de McDonald aux États-Unis avoisine les 750 millions de dollars : un chiffre 375 fois plus élevé.


super-size-me.jpgSpurlock aurait pu aller un peu plus loin. Ce chiffre est certes parlant – davantage que des millions ou des milliards – mais nous ne lui avons pas encore donné une signification vraiment concrète. Supposons que votre fillette âgée de cinq ans passe toute la matinée du samedi à regarder des dessins animés et que, ce faisant, elle voie deux publicités pour McDonald en une heure. McDonald attire donc son attention à six reprises chaque samedi.


Au bout de combien de temps votre fille verra-t-elle une publicité pour les fruits et les légumes ? Elle devra attendre 14 mois avant de voir la première publicité, et elle obtiendra son permis de conduire avant d’en avoir vu dix (alors qu’en deux semaines, elle aura vu autant de spots publicitaires pour McDonald). Voilà qui peut permettre d’expliquer la raison pour laquelle votre fille a plus de chances de vous réclamer un Happy Meal qu’une salade de fruits !


Une bonne statistique, c’est une statistique qui éclaire la décision ou qui permet de se faire une opinion. Dans l’un et l’autre cas, il faut qu’elle ait été traduite dans le langage du quotidien, et c’est souvent à nous qu’incombe cette tâche.


Dans notre monde, saturé de millions et de milliards, cela peut demander un gros effort, mais cet effort en vaut la peine : un chiffre que les gens comprennent, c’est un chiffre qui peut permettre de changer les choses en ouvrant deux portes d’embarquement inhérentes au changement : Susciter une émotion et adapter l’environnement.
Un chiffre relié directement à l’interlocuteur va en effet toucher son côté émotionnel (comme avec le plan de relance transformé en mois de salaires) mais, surtout, cela va adapter l’environnement en vue du changement (comme chez Cisco).


A bientôt pour la suite de notre voyage sur le chemin du changement !

Commenter cet article