PowerPoint : fléau ou panacée ?

Publié le par Geoffroy Chamouton

LapenséePPTLa lecture du dernier livre de Franck Frommer, La pensée Powerpoint : Enquête sur ce logiciel qui rend stupide, n’a pas manqué de susciter un débat au sein du Club EthiK. Si nous partageons certaines des idées émises dans cet ouvrage, nous ne sommes pas aussi extrêmes dans notre condamnation et  modérerons donc,  en fin de billet, les propos de l’auteur.

Nous formulons l’hypothèse, raisonnable, qu’en matière de PowerPoint vous avez vu le pire comme le meilleur,  peut-être même le meilleur du pire ou le pire du meilleur (Bref pour ceux qui voudraient se faire une idée de l’échelle des possibles en matière de qualité de PPT (PowerPoinT), nous vous conseillons de vous rendre sur slideshare).

Par égard pour vos yeux sensibles, nous n’insérerons pas de copies d’écran ! Et même si nous en revenons tous un peu, combien de réunions, de rencontres, d’évènements, etc. ne sont pas agrémentés d’une présentation PPT ?  Il y a des PowerPoint pour l’armée, pour l’université, dans les hôpitaux, dans les entreprises, dans les écoles, dans les réunions de familles, pour les mariages et même dans les églises… nous sommes envahis par les PowerPoint !

Faut-il pour autant vouer PowerPoint et l’ensemble des diaporamas aux flammes de la géhenne ?

Interrogeons-nous sur notre propre utilisation de PowerPoint. Soyons honnête : quand vous ne savez pas quoi faire,  mais que vous avez l’intime conviction qu’il vous faut faire quelque chose, (ça n’est pas ‘professionnel’ d’arriver sans rien), vous faites un PowerPoint !  PowerPoint ne vient plus supporter notre présentation, il la supplante, il n’appuie plus le discours,  il le remplace.

Les critiques de Franck Frommer ne portent  pas que sur la forme, la quantité ou l’usage des présentations,  Il s’attaque aussi au fond. Un PowerPoint c’est un « shunt » de pensée, c’est le visuel, le spectaculaire,  au détriment d’une argumentation bien construite. Ce logiciel donne une illusion d'argumentation : dès lors qu'une information est projetée au mur, qu'il y a des schémas, on a le sentiment que la démonstration est quasiment scientifique.

Mais quid de l’interactivité ? Il y a un effet hypnotique dans ce logiciel. Les personnes qui assistent à la présentation sont dans une forme de passivité. Personne n'ose interrompre le discours et comme on passe d'un sujet à l'autre à chaque slide aucun vrai débat ne naît d'un PowerPoint.

C’est clair, nous ne pourrons pas faire l’économie d’une réflexion collective sur l’utilisation des PPT.

PowerPoint est-il pour autant à désinstaller de toute urgence de votre ordinateur ? Faut-il en conclure, avec l’auteur, que PowerPoint est responsable de toutes les dérives, y compris celles du capitalisme, de l’éducation nationale… Nous ne serons pas aussi radicaux, et ce, malgré certaines déclarations tonitruantes de généraux américains l’ayant identifié comme l’ennemi numéro 1 de l’armée américaine ! (Pour la petite histoire, le Général McChrystal, Commandant des forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan, aurait déclaré : « When we understand that slide, we'll have won the war.» )

Slidespaghetti.jpg

 

A part ça, il existe de très bonnes présentations, des présentations qui sont même de véritables œuvres d’art ! L’une de nos erreurs est de confondre la présentation et son support.

A ceux qui souhaitent approfondir le sujet nous conseillons les présentations de Steve Jobs et, pour les vrais amateurs,  nous recommandons la lecture de ‘Présentation Zen’ de Garr Reynolds et de ‘Slide:Ologie’ de Nancy Duarte. A ce niveau de maîtrise du PPT, nous rejoignons sa fonctionnalité première : présenter, mettre en valeur, magnifier votre discours ! Mais faire une belle présentation, efficace, demande du temps, beaucoup de temps (variable en fonction du type et de la durée de votre intervention). Selon Garr Reynolds vous devez commencer à faire une ébauche sur papier, réfléchir à vos objectifs, aux messages, etc…. Sinon, en cherchant bien,  vous ne manquerez pas de trouver de bonnes présentations…pour vous aider à faire de bonnes présentations.

En conclusion, nous vous proposons de réfléchir à l’utilisation d’autres outils de présentation comme la carte heuristique…ou la feuille blanche, le discours ‘oral’. En effet, une refonte complète de notre utilisation de PowerPoint serait une œuvre de salut public… et un gain financier non négligeable. « En 2006, un expert a chiffré les économies qu’une banque comme Citigroup ferait en réduisant le temps consacré aux réunions et à la réalisation de mauvais PPT. Résultat : 47 millions de dollars. » !!

Publié dans Carnets de lectures

Commenter cet article