Les sept règles du storytelling, Inspirez vos équipes par un leadership authentique, de John Sadowsky et Loïck Roche

Publié le par Geoffroy Chamouton

Dans « Les sept règles du storytelling » de John Sadowsky (Coach, professeur, conférencier et consultant en leadership américain) et Loïck Roche (Chercheur, professeur et conférencier français) adaptent au leadership l’approche du storytelling.
Avant de nous engager plus avant dans le livre, interrogeons-nous sur la notion de storytelling, thème à la mode ses derniers temps. Le storytelling c’est l’art de raconter des histoires, et cette narration de récit est une technique, un outil.

Et la, on peut distinguer ce qui relève de l’outil de ce qui relève de son utilisation.

Raconter des histoires est une activité aussi vieille que l’humanité, c’est même l’un des fondements des sociétés humaines. Les histoires permettent de créer du lien : qui dit lien dit corps social, qui dit corps social dit société.

Ceci-dit, son utilisation peut être sujette à critique. On peut citer celle émise par Christian Salmon dans Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits (2007), qui porte sur les usages nouveaux du storytelling, des usages à des fins de manipulation, de désinformation ou de propagande.

Mais revenons à nos auteurs, qui revendiquent un autre usage, « la mise en récit d’une expérience, d’un apprentissage, d’une situation, d’une histoire d’identité pour inspirer les autres et partager une même vision d’un avenir désirable ». Toutefois ils précisent : « au service du leader honnête et responsable pour s’exprimer de manière véridique et authentique ».
Il revient alors au leader une lourde responsabilité.

La première partie revient en effet sur le leader et le leadership. Dans leur ouvrage, les auteurs posent des « présupposés » que nous partageons et qui vont parfois à l’encontre des idées reçues. Nous en avons retenu deux en particulier : le leadership cela s’apprend, et les grands leaders ne sont pas forcément charismatiques. Le charisme et certaines prédispositions sont certes des atouts pour faire un grand leader mais ne suffisent pas. Le storytelling est alors un outil efficace pour faire passer ses points de vue à son entourage et le conduire au changement.

La deuxième partie nous révèle les sept règles du storytelling ‘leadership’ : 1/ Engagez-vous dans votre voyage intérieur ; 2/ Créez une histoire qui vous ressemble ; 3/ Impliquez ceux avec qui vous travaillez ; 4/ Restez vous-même ; 5/ Projetez-vous ; 6/ Personnalisez vos histoires ; 7/ Simplifiez toujours.
Les auteurs prennent soin de conclure sur les limites du storytelling. Ils en identifient huit : 1/ Pousser la narration trop loin ; 2/ Faire trop long ; 3/ Être trop centré sur soi ; 4/ Échouer dans la personnalisation ; 5/ Échouer dans l’incarnation ; 6/ Échouer dans l’inclusion, c'est-à-dire échouer à inclure les autres dans vos histoire pour réussir à les inspirer et à les transformer durablement ; 7/ Négliger les détails des histoires ; 8/ Mal définir les frontières entre authenticité, vérité, exagération, et manipulation.
Toutes ou presque reposent sur la capacité du storyteller à utiliser le storytelling à propos. Les frontières entre authenticité et manipulation sont étroites et perméables.

Alors attention prudence.

Publié dans Carnets de lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article