Thriller psychologique pour manager autrement, de Patrick Lencioni

Publié le par Geoffroy Chamouton

La caractéristique commune aux œuvres appartenant au genre « thriller » est de chercher à provoquer chez le spectateur une certaine tension, voire même un sentiment de peur, à l’idée de ce qui pourrait arriver aux personnages dans la suite du récit.

Après le thriller d’espionnage, le thriller psychologique, le thriller politique… voilà le thriller managérial. Cependant, avouons-le tout de suite, les amateurs et inconditionnels du genre seront déçus en lisant Thriller psychologique pour manager autrement de Patrick Lencioni (Consultant américain, spécialisé dans le développement des organisations et des équipes).

Disons-le tout de suite : il s’agit d’un énième livre sur les qualités nécessaires pour être un bon manager. Mais si le sujet ne change pas, la forme nous interpelle. Vous allez rester coincer avec Andrew, PDG de son état, à la veille d’un Conseil d’Administration alors qu’il va faire une étrange rencontre dans une rame de métro…

Et l’on voit encore l’influence grandissante du storytelling : il n’est plus suffisant d’énumérer les qualités d’un bon manager, il faut raconter une histoire, une fable. Alors, c’est certes plus facile à lire et plus distrayant, mais le côté moralisateur y est, du coup, un peu trop présent.

En introduction, l’auteur nous présente son approche au travers de cette parabole : « Un monsieur rentre chez lui, et trouve sa femme en train de fureter à quatre pattes dans le salon. Il lui demande ce qu’elle fait, elle lui explique qu’elle vient de perdre ses boucles d’oreilles. « Tu les as perdues dans la salon ? » lui demande-t-il. Et elle de répondre : « Non, dans notre chambre, mais l’éclairage est tellement meilleur ici. »

Un peu misogyne, certes, mais en voici la morale: Ne recherchons-nous pas toujours la réussite au travers des mêmes éclairages (marketing, stratégie, finance,…) en refusant d’affronter la réalité, aussi obscure soit-elle : nos propres comportements ne sont-ils pas le vrai moyen d’améliorer la situation ?

Et, pour finir, cette obscurité des comportements comprend cinq ‘tentations’ : 1) rechercher sa réussite au détriment de celle de l’entreprise ; 2) rechercher la popularité auprès de ses collaborateurs au détriment de leur responsabilisation ; 3) Chercher à sécuriser ses décisions au maximum, au détriment de la clarté et de la volonté d’agir, ne pas savoir se tromper et le reconnaitre ; 4) rechercher l’harmonie par peur du conflit, tout en empêchant les gens de s’exprimer ; 5) préférer l’invulnérabilité à la confiance, par peur d’être blessé.

A chacun de s’interroger.

Publié dans Carnets de lectures

Commenter cet article